Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL S-Z

Saint Germain

des Prés

1, place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris

1679 - Thierry

1759 - LA Clicquot

1772/79 - FH Clicquot

1810 - Somer (buffet)

1829 - Callinet

1864 - Stolz

1927 - Gutenschenritter

1973 - Haerpfer-Ermann (positif)

1991/2005 - Fossaert

IV/56 - traction mécanique - composition

Saint-Germain-des-Prés, datant du VIe siècle, est la plus ancienne église de Paris. A l’origine, cette ancienne abbaye bénédictine a été fondée par Childebert, fils de Clovis. Au Moyen Âge, l'abbaye fut très puissante grâce à une activité prospère. Les Normands ont détruit l'abbaye à plusieurs reprises. L'instauration de la réforme mauriste en 1630 fit de l'abbaye un centre de l'érudition d'un grand rayonnement. Mais la Révolution Française imposa la suppression de la totalité des abbayes, et pour Saint- Germain-des-Prés, la fin survient le 13 février 1792. L'église devint alors une manufacture de salpêtre, et le culte ne fut rétabli que le 29 avril 1803. Depuis lors, l'église est exclusivement paroissiale. Entre 1821 et 1854, l'église, mise à rude épreuve sous la période révolutionnaire, fut restaurée par les architectes Étienne-Hippolyte Godde et Victor Baltard. Ils ne gardèrent qu'un des 3 beffrois romans d'origine. Hippolyte Flandrin, élève du maître classique Ingres, fut chargé de la réalisation des peintures de la nef, récemment restaurées. L’édifice actuel est un bel exemple de l'architecture romane, en particulier sa tour et sa nef. Le chœur est gothique. L'église Saint-Germain-des-Prés est la plus ancienne des grandes églises parisiennes, et au centre de la vie d'une paroisse vivante et dynamique.
Photo Victor Weller Cet orgue fut construit à l'origine pour l’Abbaye Saint- Victor par Pierre Thierry. Commencé en 1663, il fut achevé par ses fils en 1667. Doté d’un quatrième clavier par Brocard en 1695, il fut relevé en 1720 par François Thierry, qui le dota d’un cinquième clavier. Il fut rénové par Clicquot dans la seconde partie du XVIIIe siècle. Installé à Saint-Germain-des-Prés entre 1805 et 1810 par Somer, il fut entièrement reconstruit par Stoltz en 1862, transformant l'instrument en un instrument romantique. Le positif de dos fut alors supprimé et le buffet fut largement modifié. En 1922-27, l'orgue fut a nouveau été entièrement reconstruit par Gutschenritter, sous la direction d’André Marchal qui modifia la composition vers une esthétique néo-classique. En 1970-1973, une grande restauration rendue inévitable par la dégradation croissante de l’instrument. Les travaux furent confiés à la Maison Haerpfer-Erman qui reconstruit un nouvel l’instrument dans un style néo- classique français, incorporant 10 anciens jeux et rétablissant le Positif de dos. Le buffet du GO date de 1810, celui du positif de 1973. Les statues qui surmontent le buffet sont les seuls vestiges de l’orgue de l’abbaye St Victor. 4 jeux proviennent de l’ancien orgue de l’abbaye St Victor, 17 jeux proviennent de l’orgue de JB. Somer, 19 jeux sont neufs. Cet orgue est unique à Paris dans le sens où il est construit dans un style néo-classique privilégiant non pas la musique allemande, mais la musique de l’orgue classique français , tout en permettant l’exécution de la musique symphonique sur le grand Récit expressif. L’église est dotée d’une excellente acoustique.
Organiste titulaire Jean-Paul Serra, Anne-Marie Blondel Organistes célèbres ayant illustré l’instrument : Antoine Calvière, J.M. Beauvarlet-Charpentier, Augustin Barié, André Marchal, André Isoir. Concerts Le 4ème dimanche du mois à 15h30 .

Messes avec orgue

Samedi à 19h, Dimanche à 11h Vidéo -
Les orgues de Paris

Saint Germain

des Prés

1, place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris

1679 - Thierry

1759 - LA Clicquot

1772/79 - FH Clicquot

1810 - Somer (buffet)

1829 - Callinet

1864 - Stolz

1927 - Gutenschenritter

1973 - Haerpfer-Ermann (positif)

1991/2005 - Fossaert

IV/56 - traction mécanique -

composition

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt ACCUEIL S-Z
Photo Victor Weller Cet orgue fut construit à l'origine pour l’Abbaye Saint-Victor par Pierre Thierry. Commencé en 1663, il fut achevé par ses fils en 1667. Doté d’un quatrième clavier par Brocard en 1695, il fut relevé en 1720 par François Thierry, qui le dota d’un cinquième clavier. Il fut rénové par Clicquot dans la seconde partie du XVIIIe siècle. Installé à Saint-Germain- des-Prés entre 1805 et 1810 par Somer, il fut entièrement reconstruit par Stoltz en 1862, transformant l'instrument en un instrument romantique. Le positif de dos fut alors supprimé et le buffet fut largement modifié. En 1922-27, l'orgue fut a nouveau été entièrement reconstruit par Gutschenritter, sous la direction d’André Marchal qui modifia la composition vers une esthétique néo-classique. En 1970-1973, une grande restauration rendue inévitable par la dégradation croissante de l’instrument. Les travaux furent confiés à la Maison Haerpfer-Erman qui reconstruit un nouvel l’instrument dans un style néo-classique français, incorporant 10 anciens jeux et rétablissant le Positif de dos. Le buffet du GO date de 1810, celui du positif de 1973. Les statues qui surmontent le buffet sont les seuls vestiges de l’orgue de l’abbaye St Victor. 4 jeux proviennent de l’ancien orgue de l’abbaye St Victor, 17 jeux proviennent de l’orgue de JB. Somer, 19 jeux sont neufs. Cet orgue est unique à Paris dans le sens où il est construit dans un style néo-classique privilégiant non pas la musique allemande, mais la musique de l’orgue classique français , tout en permettant l’exécution de la musique symphonique sur le grand Récit expressif. L’église est dotée d’une excellente acoustique.
Organiste titulaire Jean-Paul Serra, Anne-Marie Blondel Organistes célèbres ayant illustré l’instrument : Antoine Calvière, J.M. Beauvarlet-Charpentier, Augustin Barié, André Marchal, André Isoir. Concerts Le 4ème dimanche du mois à 15h30 .

Messes avec orgue

Samedi à 19h, Dimanche à 11h Vidéo -