Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2024 Vincent Hildebrandt ACCUEIL LES ORGUES

Saint-Laurent

68, boulevard Magenta, 75010 Paris

Orgue de tribune OdC >

Organiste titulaire Béatrice Piertot et Ann Dominique Merlet Organistes célèbres ayant illustré l’orgue par le passé: Nicolas-Jean- Pierre Chauvet (1778-1804) Concerts Regulièrement Messes avec orgue Samedi à 18h00 , Dimanche à 9h30, 11h et 19h Vidéos Béatrice Piertot and Ann Dominique Merlet Photo GO : Jeroen de Haan
E2 L’existence d’une orgue de tribune est attestée dès 1550, mais c’est seulement vers le milieu du XVIIème siècle que sera achevé un instrument dont il subsiste encore aujourd’hui l’admirable buffet de style Louis XIII dont l’auteur est inconnu. Entre 1682 et 1685 L’orgue fait l’objet d’une reconstruction en deux phases successives par les facteurs François Ducastel et son fils Hippolyte. L’instrument porté à 37 jeux sur 4 claviers ; pédalier d’une tessiture exceptionnelle de 41 notes (standard actuel : 32 notes). 1725 Relevage par Collard, diapason baissé d’un demi-ton. 1766-67 Rreconstruction entière par François-Henri Clicquot. 37 jeux sur 4 claviers et pédalier. 1836-1837 Restauration par Louis Callinet (dont remplacement des tuyaux de Montre). 1844 Ajout par Suret d'une Bombarde au Grand Orgue, d'un Clairon au Positif. 1864 Agrandissement de la nef de deux travées, construction d'une nouvelle tribune avec les anciens panneaux. Reconstruction de l'orgue par Merklin-Schütze avec réutilisation d'une partie des jeux existants dans une structure neuve. 1889/1911 En 1899, les ateliers Cavaillé-Coll effectuent un relevage, puis en 1911 un nouveau relevage est effectué par Mutin. 1941-1942 Déplacement de la tuyauterie du Positif au sein du grand massif, ajout de 5 jeux et transmission pneumatique par Jacquot-Lavergne. 1992-1995 Dernière restauration effectuée par Renaud. Plans sonores reconstitués dans l’esprit de Merklin (tuyauterie du Positif réintégrée dans son buffet). L'entretien de l'instrument a été confié au facteur d'orgues Alain Léon. Le caractère atypique de l’orgue principal de Saint Laurent provient de l’équilibre des différents éléments que le cours de son histoire a réunis. Les traits fondamentaux de cet instrument restent ceux de Clicquot, dont le Grand Jeu à la française donne un soupçon de distance de splendeur du Grand Siècle, mais l’orgue porte également l’empreinte de Merklin, dont l’habileté à créer une palette tonale lui a permis de fusionner subtilement tous ces apports d’époques successives. Site internet de l’orgue
L’Eglise Saint-Laurent est fondée à la fin du Ve siècle, hors des murs de Paris à proximité d'un monastère qui accueillait les pèlerins qui se rendaient à l'abbaye de Saint-Denis, sur la voie romaine menant Paris à Senlis, Soissons et Trèves, en passant par le col de La Chapelle. L'église actuelle date de 1429, mais n'a été achevée qu'au XIXe siècle. La nef et le chœur datent du XVe au XVIIe siècle. Ils ont été érigés dans le style gothique flamboyant, avec des éléments classiques supplémentaires. Sous la Révolution, l'église est retirée du culte catholiqueet devient un temple de la Raison, en 1793. Selon les frères Lazare et Jacques Hillairet, l'église Saint-Laurent de Paris est rebaptisée « temple de l'Hymen et de la Fidélité » pendant la Révolution. L'église est rendue au culte catholique en 1795, puis des théophilanthropes en 1797. Elle devient temple de la Vieillesse l'année suivante. En 1800, l'église redevient catholique. Sous le second Empire, les boulevards de Magenta et de Strasbourg furent percés respectivement en 1855 et en 1852. L'église Saint- Laurent était en retrait de l'alignement du boulevard de Strasbourg. Pour y remédier, la façade du XVIIe siècle fut détruite, et entre 1863 et 1867 l'architecte Simon-Claude Constant- Dufeux allongea l'église d'une travée, et reconstruisit une façade de style néogothique (néo-XIIIe siècle) ornée de sculptures. Il construisit également une flèche en plomb. Un fronton en lave émaillée signé Paul Balze est rajouté en 1870.
1685 - Ducastel (1) 1725 - Collard (6) 1767 - Clicquot (3a) 1837 - Callinet (5) 1844 - Suret (5) 1867 - Merklin (3a) 1899/1911 - Mutin (6) 1942 - Jacquot-lavergne (3a) 1994 - Renaud (4)

III/40 - traction mécanique

composition

Les orgues de Paris

Saint-Laurent

68, boulevard Magenta, 75010 Paris

Orgue de tribune OdC >

ORGUES DE PARIS © 2024 Vincent Hildebrandt LES ORGUES
Organiste titulaire Béatrice Piertot et Ann Dominique Merlet Organistes célèbres ayant illustré l’orgue par le passé: Nicolas- Jean- Pierre Chauvet (1778-1804) Concerts Regulièrement Messes avec orgue Samedi à 18h00 , Dimanche à 9h30, 11h et 19h Vidéos Béatrice Piertot and Ann Dominique Merlet Photo GO : Jeroen de Haan
E2 L’existence d’une orgue de tribune est attestée dès 1550, mais c’est seulement vers le milieu du XVIIème siècle que sera achevé un instrument dont il subsiste encore aujourd’hui l’admirable buffet de style Louis XIII dont l’auteur est inconnu. Entre 1682 et 1685 L’orgue fait l’objet d’une reconstruction en deux phases successives par les facteurs François Ducastel et son fils Hippolyte. L’instrument porté à 37 jeux sur 4 claviers ; pédalier d’une tessiture exceptionnelle de 41 notes (standard actuel : 32 notes). 1725 Relevage par Collard, diapason baissé d’un demi-ton. 1766-67 Rreconstruction entière par François-Henri Clicquot. 37 jeux sur 4 claviers et pédalier. 1836-1837 Restauration par Louis Callinet (dont remplacement des tuyaux de Montre). 1844 Ajout par Suret d'une Bombarde au Grand Orgue, d'un Clairon au Positif. 1864 Agrandissement de la nef de deux travées, construction d'une nouvelle tribune avec les anciens panneaux. Reconstruction de l'orgue par Merklin-Schütze avec réutilisation d'une partie des jeux existants dans une structure neuve. 1889/1911 En 1899, les ateliers Cavaillé-Coll effectuent un relevage, puis en 1911 un nouveau relevage est effectué par Mutin. 1941-1942 Déplacement de la tuyauterie du Positif au sein du grand massif, ajout de 5 jeux et transmission pneumatique par Jacquot-Lavergne. 1992-1995 Dernière restauration effectuée par Renaud. Plans sonores reconstitués dans l’esprit de Merklin (tuyauterie du Positif réintégrée dans son buffet). L'entretien de l'instrument a été confié au facteur d'orgues Alain Léon. Le caractère atypique de l’orgue principal de Saint Laurent provient de l’équilibre des différents éléments que le cours de son histoire a réunis. Les traits fondamentaux de cet instrument restent ceux de Clicquot, dont le Grand Jeu à la française donne un soupçon de distance de splendeur du Grand Siècle, mais l’orgue porte également l’empreinte de Merklin, dont l’habileté à créer une palette tonale lui a permis de fusionner subtilement tous ces apports d’époques successives. Site internet de l’orgue
1685 - Ducastel (1) 1725 - Collard (6) 1767 - Clicquot (3a) 1837 - Callinet (5) 1844 - Suret (5) 1867 - Merklin (3a) 1899/1911 - Mutin (6) 1942 - Jacquot-lavergne (3a) 1994 - Renaud (4)

III/40 - traction mécanique

composition