Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2021 Vincent Hildebrandt ACCUEIL LES ORGUES

Saint Sulpice 1 - 2

Place Saint Sulpice, 75006 Paris Orgue de tribune

1781 - Clicquot

1845/54 - Daublaine-Callinet-Ducroquet

1862 - Cavaillé-Coll

1903 - Mutin

1034 - Société Cavaillé-Coll

1991 - Renaud

2000 - Swiderski

V/102 - traction mécanique - composition

L’église actuelle de Saint-Sulpice a pris la place d'un petit sanctuaire dédié à Saint-Sulpice-des- Champs, qui remonterait au XIIe siècle. Réédifié, puis agrandi aux XIVe et XVIe siècles, le curé Jean-Jacques Olier (1608-1657), arrivé dans ses fonctions en 1642, qui mit en branle ce qui allait être le très long parcours de la construction de la nouvelle église. L'église fut commencée en 1646 n’a été achevée qu'en 1745. La façade de style classique de style italien (1732) a été conçue par Giovanni Niccolò Servandoni, mais la tour sud n'a jamais été achevée. La décoration intérieur de l’édifice est typique des églises de style néo-classique avec son statuaire abondant. Les nombreuses œuvres d’arts ont été réalisées par les artistes les plus talentueux de l’époque (Jean-Baptiste Louis- Simon Boizot, Bouchardon, frères Slodtz) et offrent à l'église quelques chefs-d'œuvre de l'art de Paris. La dépouille de Charles Marie Widor repose dans la crypte. Chapelle de l’ Assomption Édifiée par l’architecte Jean-Baptiste Laurent (1709-1776), originaire de Troyes et attaché au prince de Condé, cette chapelle, d’abord nommée « de l’Enfance-de-Jésus », puis « des Mariages », accueillit, vers 1760 et jusqu’en 1792, la communauté catholique germanophone. Elle devint ainsi la « chapelle des Allemands » et conserva cette dénomination jusqu’aux premières années du XXe siècle. De l’extérieur, cette chapelle, coiffée d’un étonnant toit en bulbe, retient immanquablement l’attention des passants : ils ne peuvent manquer l’épi de faîtage en bronze à l’effigie d’un pélican nourrissant ses petits de son sang, après voir percé sa propre chair. L’intérieur possède de très intéressantes boiseries. L’autel fait face à une très belle chaire desservie par deux escaliers.
Photo buffet: Jeroen de Haan Les autres photos: Victor Weller Le grandiose projet d’un nouvel orgue de Saint-Sulpice commença à prendre forme en 1776. Deux projets de buffet sont présentés : le premier, de l’architecte Laurent, où il n’y avait pas de tuyaux apparents - une nouvelle mode - et le second, un dessin de Jean-François Chalgrin. Les marguilliers optèrent pour le deuxième projet car, selon eux, il s’harmonisait mieux avec la vaste tribune de pierre bâtie sur les plans de Servandoni. Le 1er janvier 1778, un contrat fut signé avec le maître-menuisier Jadot (20,000 livres) et le sculpteur Duret (16,000 livres) pour la réalisation du buffet. Quant à l’orgue, le devis a été préparé par François-Henri Clicquot et révisé par Dom François Bédos tandis que le contrat fut signé, le 1er janvier 1780, pour la somme de 40,000 livres. L’orgue fut complété par Clicquot le 30 avril 1781. Les arbitres désignés pour la réception furent les trois organistes de Notre-Dame, Armand-Louis Couperin, Claude Balbastre et Nicolas Séjan, assistés de Jean- Jacques Charpentier. Dom Bédos qui s’était intéressé avec tant d’ardeur à la construction du monumental instrument, était mort depuis deux ans. La réception officielle eut lieu le 15 mai 1781 et, devant l’intérêt manifesté par le public, une seconde audition eut lieu le lendemain. L’orgue de Clicquot comptait 64 jeux, 5 claviers, un pédalier de 36 notes et 4,328 tuyaux alimentés par quatorze soufflets. Pendant la Révolution, le chef d’œuvre de Clicquot fut heureusement préservé, résonnant triomphalement à maintes reprises. En 1834, Louis Callinet commence des travaux de restauration qui furent terminés par Ducroquet en 1854. Suite à cette restauration, ni la paroisse ni l’organiste n’étaient satisfaits de l’instrument. En 1855, ils embauchèrent Aristide Cavaillé-Coll pour assurer l’harmonisation et l’entretien de l’instrument. Presque immédiatement, Cavaillé-Coll prépara un projet pour une reconstruction complète de l’instrument. Après cinq années de travaux, Cavaillé-Coll livra, dans le buffet de Chalgrin, un instrument de 100 jeux , répartis sur pas moins de 7 étages ! L’inauguration de cet orgue monumental eut lieu le 29 avril 1863 avec la participation de César Franck, Camille Saint-Saëns, Alexandre Guilmant, Auguste Bazille et l’organiste titulaire, Georges Schmitt. En 1883, le premier nettoyage fut effectué par Cavaillé- Coll lui-même et quelques modifications mineures furent apportées principalement afin d’assurer un meilleur apport de vent aux notes graves du Récit. En 1903, Charles Mutin, successeur de Cavaillé-Coll, entreprit une restauration majeure de l’instrument et apporta des modifications à la demande de Widor. Conscients de son intérêt musical et patrimonial, les titulaires successifs ne firent pas de changements mageurs. De1988 à 1991, le facteur Jean Renaud effectua un grand dépoussiérage de l’instrument, dans le respect le plus complet de son authenticité. Il faut être reconnaissant à quatre générations d’organistes qui ont joué et préservé cet instrument exceptionnel et il est à espérer que, dans le futur, la même attention et le même amour lui soient accordés pour la plus grande satisfaction de tous. Site of the organ

Organiste titulaire

Daniel Roth (titulaire du grand-orgue) Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin (titulaire-adjointe du grand-orgue) Ronan Chouinard (titulaire de l’orgue de choeur) Louis Jullien (titulaire-adjoint de l’orgue de choeur) Anciens organistes titulaires : Guillaume-Gabriel Nivers (1651 - 1702) J.B. Totin (1702 - ca. 1714) Louis-Nicolas Clérambault (1715-1749) César François Clérambault (1749 - 1760) Evrard Dominique Clérambault (1761 - 1773) Claude Etienne Luce (1773 - 1783) Nicolas Séjan (1783 - 1819) Louis Nicolas Séjan (1819 - 1849) Georges Schmitt (1850 - 1863) Louis-James-Alfred Lefebure-Wely (1863 - 1869) Charles-Marie Widor (1870 - 1934) Marcel Dupré (1934 - 1971) Jean-Jacques Grunenwald (1973 - 1982)

Concerts

Tous les dimanches : Prélude d’introduction à la messe à 10h45, audition à l’issue de la messe vers 12h00. Concerts : régulièrement le dimanche à 16h

Messes avec orgue

Samedi à 18h30 et 20h (OC) Dimanche à 9h30 (OC), 11h (GO et OC), 18h45 (GO et OC) Vidéos Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin
St Sulpice lors des travaux de 1927
Les orgues de Paris

Saint Sulpice 1 - 2

Place Saint Sulpice, 75006 Paris Orgue de tribune

1781 - Clicquot

1845/54 - Daublaine-Callinet-Ducroquet

1862 - Cavaillé-Coll

1903 - Mutin

1034 - Société Cavaillé-Coll

1991 - Renaud

2000 - Swiderski

V/102 - traction mécanique -

composition

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt LES ORGUES
Photo buffet: Jeroen de Haan Les autres photos: Victor Weller Le grandiose projet d’un nouvel orgue de Saint-Sulpice commença à prendre forme en 1776. Deux projets de buffet sont présentés : le premier, de l’architecte Laurent, où il n’y avait pas de tuyaux apparents - une nouvelle mode - et le second, un dessin de Jean-François Chalgrin. Les marguilliers optèrent pour le deuxième projet car, selon eux, il s’harmonisait mieux avec la vaste tribune de pierre bâtie sur les plans de Servandoni. Le 1er janvier 1778, un contrat fut signé avec le maître-menuisier Jadot (20,000 livres) et le sculpteur Duret (16,000 livres) pour la réalisation du buffet. Quant à l’orgue, le devis a été préparé par François-Henri Clicquot et révisé par Dom François Bédos tandis que le contrat fut signé, le 1er janvier 1780, pour la somme de 40,000 livres. L’orgue fut complété par Clicquot le 30 avril 1781. Les arbitres désignés pour la réception furent les trois organistes de Notre-Dame, Armand-Louis Couperin, Claude Balbastre et Nicolas Séjan, assistés de Jean-Jacques Charpentier. Dom Bédos qui s’était intéressé avec tant d’ardeur à la construction du monumental instrument, était mort depuis deux ans. La réception officielle eut lieu le 15 mai 1781 et, devant l’intérêt manifesté par le public, une seconde audition eut lieu le lendemain. L’orgue de Clicquot comptait 64 jeux, 5 claviers, un pédalier de 36 notes et 4,328 tuyaux alimentés par quatorze soufflets. Pendant la Révolution, le chef d’œuvre de Clicquot fut heureusement préservé, résonnant triomphalement à maintes reprises. En 1834, Louis Callinet commence des travaux de restauration qui furent terminés par Ducroquet en 1854. Suite à cette restauration, ni la paroisse ni l’organiste n’étaient satisfaits de l’instrument. En 1855, ils embauchèrent Aristide Cavaillé-Coll pour assurer l’harmonisation et l’entretien de l’instrument. Presque immédiatement, Cavaillé-Coll prépara un projet pour une reconstruction complète de l’instrument. Après cinq années de travaux, Cavaillé-Coll livra, dans le buffet de Chalgrin, un instrument de 100 jeux , répartis sur pas moins de 7 étages ! L’inauguration de cet orgue monumental eut lieu le 29 avril 1863 avec la participation de César Franck, Camille Saint- Saëns, Alexandre Guilmant, Auguste Bazille et l’organiste titulaire, Georges Schmitt. En 1883, le premier nettoyage fut effectué par Cavaillé-Coll lui-même et quelques modifications mineures furent apportées principalement afin d’assurer un meilleur apport de vent aux notes graves du Récit. En 1903, Charles Mutin, successeur de Cavaillé-Coll, entreprit une restauration majeure de l’instrument et apporta des modifications à la demande de Widor. Conscients de son intérêt musical et patrimonial, les titulaires successifs ne firent pas de changements mageurs. De1988 à 1991, le facteur Jean Renaud effectua un grand dépoussiérage de l’instrument, dans le respect le plus complet de son authenticité. Il faut être reconnaissant à quatre générations d’organistes qui ont joué et préservé cet instrument exceptionnel et il est à espérer que, dans le futur, la même attention et le même amour lui soient accordés pour la plus grande satisfaction de tous. Site of the organ

Organiste titulaire

Daniel Roth (titulaire du grand-orgue) Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin (titulaire-adjointe du grand-orgue) Ronan Chouinard (titulaire de l’orgue de choeur) Louis Jullien (titulaire-adjoint de l’orgue de choeur) Anciens organistes titulaires : Guillaume-Gabriel Nivers (1651 - 1702) J.B. Totin (1702 - ca. 1714) Louis-Nicolas Clérambault (1715-1749) César François Clérambault (1749 - 1760) Evrard Dominique Clérambault (1761 - 1773) Claude Etienne Luce (1773 - 1783) Nicolas Séjan (1783 - 1819) Louis Nicolas Séjan (1819 - 1849) Georges Schmitt (1850 - 1863) Louis-James-Alfred Lefebure-Wely (1863 - 1869) Charles-Marie Widor (1870 - 1934) Marcel Dupré (1934 - 1971) Jean-Jacques Grunenwald (1973 - 1982)

Concerts

Tous les dimanches : Prélude d’introduction à la messe à 10h45, audition à l’issue de la messe vers 12h00. Concerts : régulièrement le dimanche à 16h

Messes avec orgue

Samedi à 18h30 et 20h (OC) Dimanche à 9h30 (OC), 11h (GO et OC), 18h45 (GO et OC) Vidéos Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin