Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2021 Vincent Hildebrandt ACCUEIL LES ORGUES

Saint Vincent

de Paul 1 2

Place Frantz-Liszt, 75010 Paris

Orgue de tribune

1852 - Cavaillé-Coll

1970 - Gonzalez

2010 - Dargassies

III/66 - traction électrique- composition

photo de l’orgue : Jeroen de Haan
Aristide Cavaillé-Coll, après avoir soumis deux propositions fut chargé de la construction du grand- orgue, qui fut inauguré le 26 janvier 1852 par le titulaire Peters Cavallo et l'organiste Louis-James-Alfred Lefébure- Wély. C'est sur cet instrument que Jacques-Nicolas Lemmens se fit entendre à plusieurs reprises au cours du mois de février 1852 devant un auditoire d'élite, émerveillant par la perfection de sa technique autant que par la grandeur et la sévérité de son style. Cavaillé-Coll appliqua de nombreuses idées novatrices de la facture d’orgues, notamment le principe des sommiers à pistons, mis au point par Eberhard-Friedrich Walcker, de Ludwigsburg vers 1845, et l'emploi du verre pour les parois de la boîte expressive. Le buffet, dessiné par l'architecte de l'église, Jacques- Ignace Hittorff, et exécuté par Napoléon Liénard pour la sculpture et par Poncet pour la menuiserie, présente une disposition originale avec ses deux corps séparés pour laisser voir la rosace percée dans l'axe de la façade. En 1859, Cavaillé-Coll fit un relevage et en profita pour déplacer la console sur une tribune latérale ( elle se trouvait précédemment sur la tribune). Par la suite, des travaux furent effectués par Mutin (vers 1927). En 1961, le facteur Jean Hermann fut chargé d’électrifier l’instrument et d’agrandir l’instrument mais le facteur décéda au cours des travaux et ce fut Gonzalez qui fut chargé de l’achèvement de l’instrument. Fort heureusement, il fut alors décidé de renoncer aux adjonctions de jeux néo-baroques et au 4ème clavier. Gonzalez revient en 1979 pour nettoyer l’instrument suite à un incendie survenu dans l’édifice en 1972. Actuellment, l’instrument contient 49 jeux de Cavaillé- Coll qui sont très peu retouchés. A noter que les pavillons des anches sont en métal martelé.
Organiste titulaire Pierre Cambourian Organistes célèbres ayant illustré l’instrument : G. Lemmens, Léon Boellmann, Louis Braille, Jean Costa Concerts Rarement

Messes avec orgue

Samedi à 18h30, dimanche à 10h30 et 18h30 Vidéos Jean Costa
Jusqu'à la Révolution, ce quartier du 9e arrondissement de Paris, appelé la Nouvelle-France, abritait l'enclos Saint-Lazare. La paroisse de St Vincent de Paul fut crée en1802 et se reunissait dans un local vétuste jusqu’à la construction de l’église actuelle. Le projet d'une nouvelle église fut confié à Jean-Baptiste Lepère (1761-1844), qui avait accompagné Bonaparte en Égypte. Il associa rapidement son gendre Jacques-Ignace Hittorff (1792- 1867) à l'entreprise. La première pierre d'un édifice basilical fut posée en 1824. Mais la crise économique de 1826 et la révolution de 1830 arrêtèrent les travaux. Finalement, en 1832, le projet passa entre les mains d'Hittorff qui le remodela à sa manière. L'église fut consacrée en 1844. Le style de l’église est inspiré des basiliques antiques romaines. L'intérieur, d'une décoration foisonnante, possède de nombreuses œuvres d’art conçues par Hippolyte Flandrin, François Rude ,Charles-Laurent Maréchal. L’église est précédée d’un square portant le nom d’Aristide Cavaillé-Coll !
Léon Boëllmann à l’orgue Cavaillé-Coll
photo : Guilhem Vellut
Les orgues de Paris

Saint Vincent

de Paul 1 2

Place Frantz-Liszt, 75010 Paris

Orgue de tribune

1852 - Cavaillé-Coll

1970 - Gonzalez

2010 - Dargassies

III/66 - traction électrique- composition

photo de l’orgue : Jeroen de Haan
ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt LES ORGUES
Aristide Cavaillé-Coll, après avoir soumis deux propositions fut chargé de la construction du grand- orgue, qui fut inauguré le 26 janvier 1852 par le titulaire Peters Cavallo et l'organiste Louis-James-Alfred Lefébure- Wély. C'est sur cet instrument que Jacques-Nicolas Lemmens se fit entendre à plusieurs reprises au cours du mois de février 1852 devant un auditoire d'élite, émerveillant par la perfection de sa technique autant que par la grandeur et la sévérité de son style. Cavaillé-Coll appliqua de nombreuses idées novatrices de la facture d’orgues, notamment le principe des sommiers à pistons, mis au point par Eberhard-Friedrich Walcker, de Ludwigsburg vers 1845, et l'emploi du verre pour les parois de la boîte expressive. Le buffet, dessiné par l'architecte de l'église, Jacques- Ignace Hittorff, et exécuté par Napoléon Liénard pour la sculpture et par Poncet pour la menuiserie, présente une disposition originale avec ses deux corps séparés pour laisser voir la rosace percée dans l'axe de la façade. En 1859, Cavaillé-Coll fit un relevage et en profita pour déplacer la console sur une tribune latérale ( elle se trouvait précédemment sur la tribune). Par la suite, des travaux furent effectués par Mutin (vers 1927). En 1961, le facteur Jean Hermann fut chargé d’électrifier l’instrument et d’agrandir l’instrument mais le facteur décéda au cours des travaux et ce fut Gonzalez qui fut chargé de l’achèvement de l’instrument. Fort heureusement, il fut alors décidé de renoncer aux adjonctions de jeux néo-baroques et au 4ème clavier. Gonzalez revient en 1979 pour nettoyer l’instrument suite à un incendie survenu dans l’édifice en 1972. Actuellment, l’instrument contient 49 jeux de Cavaillé- Coll qui sont très peu retouchés. A noter que les pavillons des anches sont en métal martelé.
Organiste titulaire Pierre Cambourian Organistes célèbres ayant illustré l’instrument : G. Lemmens, Léon Boellmann, Louis Braille, Jean Costa Concerts Rarement

Messes avec orgue

Samedi à 18h30, dimanche à 10h30 et 18h30 Vidéos Jean Costa